Mobiliser autour du changement

Ils ne font pas ce que je leur demande … pourquoi?

Un atelier pour découvrir les leviers de la sensibilisation au changement de comportement, dans des domaines comme la sécurité, la qualité, l’hygiène ou encore l’environnement. Un atelier pour vous apprendre à utiliser la diversité des profils individuels (énnéagramme) afin de doper votre capacité d’impact et d’influence.

les_3_centres

 

Dans la gestion du changement, les leviers et les freins sont de nature différentes pour modifier les comportements : de type émotionnel, de type instinctif et de type mental. Ce n’est pas parce qu’un frein est de type mental que le levier d’action pour l’éliminer sera lui aussi de type mental.

1. Le mental

Prise de distance;  anticipation; réflexion, analyse. Capacité de rejeter la pression pour garder une liberté d’esprit. (Son « moteur » est plus lent que pour l’instinctif)

2. L’émotionnel

Capacité de vibrer à l’émotion; fonctionnement basé sur le besoin de reconnaissance (ce qui est bon pour moi et pour ceux que j’aime) : merci, bravo, porter de l’attention. Peur du rejet. Besoin du lien avec les autres.

C’est le levier le plus puissant, mais aussi le frein le plus terrible !

Importance de la norme de groupe pour l’émotionnel.  Par exemple, en sécurité, je vais accepter de prendre des risques (ce que rejetterai le mental), pour faire comme les autres et ne pas être traité de « poule mouillée ».

Ex: Si le groupe ne porte pas ses EPI, même si je me rends compte que c’est dangereux, je ne vais pas les porter non plus pour faire comme les autres, être dans la norme –> je ne vais pas prendre le risque de me faire éjecter du groupe et de manquer de reconnaissance!
S’il y a un frein de type mental et un frein de type émotionnel, c’est le frein émotionnel qui l’emporte.

Donc, dans un groupe, même si toutes les individualités sont d’accord sur le principe (port des EPI, ne pas se mettre en danger, …), en groupe, la norme (= émotionnel) reprend le dessus.

Ex : La campagne BOB: les jeunes étaient conscients du risque de boire en conduisant, mais ne voulaient pas prendre le risque d’être rejetés s’ils ne buvaient pas –> le rôle du « rejeté » a été positivé et BOB est devenu le héro par qui la fête est désormais possible.

3. L’instinctif

Rapport à l’action; réactivité; instinct de survie; positionnement (pour l’instinctif, l’exemplarité est super importante : ne me demande pas de faire ce que tu ne fais pas toi même !); responsabilisation (c’est à vous de le faire)

Exemple : l’interdiction, dans le secteur hospitalier, de porter des bijoux.

Une fois la campagne d’interdiction lancée, on se rend compte que 50% des infirmières enlèvent leurs bijoux. Pourquoi l’autre moitié ne le fait-elle pas ?

Les émotionnelles argumentent en disant que les bijoux les rendent jolies, font partie de leur identité, que c’est symbolique (ex: l’alliance)
Solution mise en place : une campagne d’affichage montrant une jeune et jolie infirmière sans bijou, s’occupant d’un patient en disant « ne pensez pas que je suis disponible, mais je le fais pour vous ». L’infirmière va alors se sentir obligée, pour l’image qu’elle renvoie au patient, d’ôter sa bague.

Les instinctives vont dire qu’elles risquent de la perdre, qu’on leur volent, ou bien qu’elles ne savent pas l’enlever.
Solution mise en place : mettre à disposition des casiers

Les mentales vont demander pourquoi elles doivent changer.
Solution mise en place : montrer à quel point les germes restent accrochées aux bijoux

Comment convaincre ces différents profils ?

  • MENTAL
    Montrer que le projet est pertinent
    Répondre à la question du POURQUOI
    Montrer les avantages et les inconvénients
    Donner des chiffres
    Faire venir un expert
    Utiliser l’humour (humour = mental ; le rire = émotionnel)
  • L’EMOTIONNEL
    Montrer que ça va aller mieux
    Répondre à la question du POUR QUI / AVEC QUI
    Jouer sur la valorisation
    Toucher émotionnellement
    Faire venir un bénéficiaire qui pourra témoigner de ce qu’il en a retiré
    Permettre de s’exprimer
    Se mettre à l’écoute, proposer son aide, du soutien
  • L’INSTINCTIF
    Montrer que ça va marcher
    Répondre à la question du COMMENT
    Jouer sur l’implication et la responsabilisation
    Faire venir un témoin qui a déjà « essayé »
    Montrer le premier pas
    Etre exemplaire et impliqué

Comment construire un discours face à un groupe multi-profils?

Le discours est « E- E+ I« 

1. Saisir sur la gravité de l’heure, l’enjeu de la situation (I)
2. Sensibiliser à l’impasse de la situation actuelle (E-)
3. Convaincre en argumentant (M).
4. Captiver/toucher/attirer en jouant sur l’émotionnel (E+)
5. Engager à l’action par l’engagement et l’implication (I)

Supports documentaires

Références 

Joseph Fléron
0477/28.52.37 – 04/344.47.37
j.fleron@dimension-consultance.be
www.dimension-consultance.bewww.leaderstep.be